12920278_952383511535495_270856142339949744_n

Episode 10 : Cinquième Colonne

Pour le 10eme épisode de notre série « Le football populaire » nous nous pencherons sur les ultras du Saint Germain en Laye FC, la Cinquième Colonne.

Le Saint Germain en Laye FC est un petit club évoluant en 4ème division dans le district des Yvelines. Il a été fondé en 1997 par Georges Mallé pour permettre aux jeunes issus des quartiers n’ayant pas le niveau pour jouer au PSG de pratiquer le football. Depuis l’arrivée de la Cinquième Colonne le club est passé de la 6ème à la 4ème division en seulement 4 saisons.

Anciens ultras au Paris SG, les membres de la Cinquième Colonne sont également une bande de potes. Ils ont vu leur amitié naître au fur et à mesure des déplacements, parcages et contre-parcages pour supporter le club de la capitale. C’est à la suite d’une action faite à Charléty par les différents groupes parisiens que cette bande d’amis a décidé de quitter le PSG pour former leur propre groupe, à Saint Germain en Laye. Parqués, interdits d’accès au stade, s’en était trop pour eux. La Cinquième Colonne tire son nom d’un groupe qui a pour but de « soulever » un état. Il a été choisi par contestation contre la direction du PSG pour pouvoir revenir au Parc des Princes. Mais également, pour ne pas effacer leur identité.

En district, l’enjeu sportif n’est pas présent, les matchs n’attirent pas beaucoup de spectateurs.  Mais le groupe peux compter sur une poignée de membres très investis et passionnés pour faire vivre le groupe et supporter le SGFC. Très impliqués dans la vie du club, il n’est pas rare de voir des membres de la Cinquième Colonne venir encourager les jeunes pour des tournois ou bien pour d’autres occasions. La Cinquième Colonne dispose d’une vingtaine de membres cartés et d’une cinquantaine de sympathisants. Bien-sûr, ce nombre croît d’années en années.

Les rapports avec le club et notamment avec la présidente sont excellents, le Saint Germain en Laye FC mesure la chance qu’il a d’avoir des ultras a ses côtés. Pour les joueurs également, c’est une grande source de motivation supplémentaire, « un véritable 12ème joueur sur le terrain ». Beaucoup d’entre eux sont là depuis l’arrivée de la Cinquième Colonne, en 2013. Côté mairie, les rapports sont moins bons, plusieurs plaintes ont été déposées à la mairie par des riverains, agacés du bruit des tambours et des chants. Des arrêtés préfectoraux ont été pris en interdisant les tambours. Des menaces de suspendre le terrain de la part de la mairie si les engins pyrotechniques ne cessaient pas ont également été prononcées. Mais, 5ans après, la Cinquième Colonne est toujours là et perdure !